Prêtresses de Dionysos

John William Waterhouse (1849-1917)
A Naiad Oil on canvas, c.1893
This image is courtesy of the Art Renewal Center
 

Dans la mythologie grecque, les Naïades étaient les nymphes qui présidaient aux fontaines, aux rivières et aux fleuves. Elles étaient l’objet d’une vénération et d’un culte particulier. Elles passaient pour les filles de Zeus, et sont parfois comptées au nombre des prêtresses de Dionysos. A l’image des Fées protectrices de nombreuses formes de végétation, d’autres êtres féeriques hantent les ruisseaux, les rivières et les fontaines. Avec leurs noms variés, ils sont issus des anciennes nymphes aquatiques de la mythologie gréco-romaine : les mieux connues sont les Ondines. Une ondine est un génie des eaux (mythologie germanique). À l’inverse des sirènes, les ondiens ne fréquentent pas la mer, mais les eaux courantes, rivières, fontaines, et n’ont pas de queue de poisson. Durant l’été, elles aiment se tenir assises sur la margelle des fontaines, et se peigner leurs longs cheveux avec des peignes d’or ou d’ivoire. Elles aiment également se baigner dans les cascades, les étangs, et les rivières, à la faveur des jours radieux d’été. On dit que celles qui ont les cheveux couleur d’or possèdent de grands trésors qu’elles gardent dans leurs beaux palais immergés. On attribue l’alimentation en eau des fontaines aux larmes des Ondines, et celle ci se tarit dès qu’une fée se sent offensée. Ainsi, il est de coutume de laisser diverses offrandes auprès des fontaines, tels que guirlandes de fleurs, épingles ou tessons de bouteilles, qui sont pour les fées des eaux, de véritables trésors scintillants et miroitants dans l’eau.


Naïade

Ondine

Des passages de l’eau dans les Enfances de Lancelot du Lac aux
rituels aquatiques des Marches de l’Ouest.

 

Ondine
Jean Giraudoux
Livre de Poche
 

Ondine, fille des eaux confiante dans la puissance de l’amour qu’elle éprouve pour le chevalier Hans Von Wittenstein zu Wittenstein, accepte le pacte du Roi des Ondins : elle partira et vivra son amour humain mais, si Hans le trahit, il mourra et Ondine retournera au Lac, perdant jusqu’au souvenir de son existence terrestre. Poétique, étincelante, avec un dialogue d’une rare richesse, Ondine, pièce en trois actes, qui met en scène la fragilité des amours humaines, a été créée le 4 mai 1939 au Théàtre de l’Athénée sous la direction de Louis Jouvet qui jouait le rôle du chevalier.

Laisser un commentaire